LE MANTEAU DE CARMEN des éditions La Plage…

Une première pour moi. Voici une jolie collection de basiques très bien illustrés et documentés. Des classiques de la garde-robe féminine, que toute débutante en couture aimerait se faire. Avec ces patrons, c’est simple. Les modèles sont très bien expliqués et accessibles aux débutantes car plusieurs versions sont proposées. Il existe 2 robes, un cardigan, une tunique et un pantalon. Les derniers nés : le manteau de Carmen ( Bouchard de l’émission Cousu Main ( que je n’ai pas vu !)) et le body de Marie ( que j’ai acheté mais pas encore cousu !). Malgré une version plus simple, je conseillerai tout de même d’avoir déjà quelques notions de couture pour ne pas s’arracher les cheveux !

Les patrons sont édités sous forme de cahier. J’aime beaucoup ce choix car du coup, ça fourmille d’informations : le choix des tissus, la mercerie utile, les modifications à apporter et la gamme de montage accompagnées de dessin plutôt clair et compréhensible ( bon moi perso, je les trouve toujours un peu succinctes…)

Alors, je te raconte TOUT dans le détails…

J’ai réalisé ce manteau en taille 36. Donc pas de modifications puisque ce modèle est dédié à la boutique ( pour que tu puisses venir le voir de près !).Comme je te l’ai dit, pas de soucis avec le montage, même si à quelques étapes, j’ai dû me poser car je n’aurais pas procédé de la même manière. Ce fut le cas pour le col tailleur. Il faut que j’avoue que depuis l’école, je n’en avais pas remonté un ( et dans mon souvenir, c’était plutôt laborieux...). Et là, bonne surprise, le montage est simple et propre.

Je n’ai pas apporté de modifications au patron mis à part la couture dos. En effet, je ne la juge pas utile pour ce style de manteau : un manteau droit et masculin. La couture dos est nécessaire quand on veut ajuster ou marquer la taille : ça permet de former une pince au dos. Du coup, j’ai coupé mon tissu au pli et j’ai ainsi évité une couture à ganser ( tu vas comprendre pourquoi c’est important…).

A noter pour une prochaine fois : redonner un peu de valeur dans le milieu dos du col. Il remonte et paraît petit une fois replié….De plus, j’ai fait les boutonnières à l’endroit indiqué sur le patron. Je pense que la première est trop haute. Elle se ferme avant la cassure du col. En effet, si on laisse le col se positionner, la boutonnière devrait se retrouver au moins 2 à 3 cm plus bas.

Il y a une pince dans l’épaule devant : avec les chevrons, tu ne la distingues pas très bien mais c’est plutôt un détail chic que j’aime bien.

J’ai opté pour la version classique et masculine. J’ai donc cousu 3 poches passepoilées : 2 poches côté et une poche poitrine. Je n’ai pas suivi le montage de Carmen qui coud une partie de la poche, fend le tissu et coud ensuite la seconde face. Je trouve ça trop risqué et souvent pas propre au final. J’ai donc cousu les deux parties en parallèle de l’ouverture de poche, fendu le tissu en capucin avant de refermer les coins.

On en arrive à la partie réjouissante !!!

Ce modèle est doublé en partie. C’est bien car sans doublure, c’est juste une galère quand tu enlèves ton manteau. Mais une demi doublure veut dire que les coutures intérieures du manteau sont visibles…Donc, il te faut faire ou un surjet ou ganser les coutures. Allez, accroche-toi ! On est parti pour 15 mètres de montage de biais…. Je t’ai pas dit ? Pour relever, couper et monter le manteau, il m’a fallu 3 jours !!! Héhéhé, 15 mètres de biais, c’est la route du Rhum des couturières ( ça se fait aussi en solitaire !).

C’est parti : tu ganses les coutures, les tours de poches, la parmenture, l’ourlet du bas, et si tu as fait une couture dos, tu la ganses ( tu comprends maintenant…) et si tu a pris l’option capuche, tu la ganses aussi.

Je rigole mais je trouve dommage de ne pas avoir proposer la version doublée entièrement. A ce stade du patronage, c’était facile à faire. Je sais que je vais me coudre une version pour moi, et cette fois, pas un soupçon de biais, je double !!!

Carmen propose de monter le biais en le pliant en 2. Pour cela, il faut être sûre d’avoir un bais qui fait au minimum 4 cm de large. Moi, je l’ai monté classiquement vu que c’était un biais de 2,5 cm… Une puriste aurait fait ses 15 mètres de biais ( je dis ça, je dis rien….je ne suis pas une puriste !).

Franchement, j’ai bien aimé coudre ce manteau. Le lainage vient de la boutique l’Atelier de la Création. C’est un beau drap en 100% laine. Comme il est souple et moyennement épais, j’ai entoilée les parties conseillées. La doublure est une belle viscose, toujours de l’Atelier, comme le bais liberty. Et les boutons viennent de la perlerie.

Les challengeuses vont se régaler avec cette version mais les débutantes pourront tenter de l’aborder dans sa version caban : une capuche et des poches plaquées.

Et si tu ne veux pas te lancer toute seule dans cette aventure, pourquoi ne pas venir le réaliser avec moi lors d’un atelier accompagnement ??? Et oui, c’est à ça qu’ils servent ces ateliers : à monter un cran au-dessus avec moi pour te guider….

Bref, voilà une mission grandement menée ! Une chance que tu aperçoives ce manteau sur le stand de la boutique de l’Atelier de la Création pendant le salon Création & Savoir-Faire la semaine prochaine…. Sinon, lors de ton prochain passage en boutique !

Et tu as vu comme il se marie bien avec le tote bag doublé en velours bordeaux ??? Tout est dans le style, my dear !

Laisser un commentaire