BELLA… où ma jolie robe sur mesure !

C’est l’histoire d’une fille qui avait envie de se coudre une robe. Mais pas n’importe quelle robe. NON, elle voulait celle qu’elle avait en tête … SA ROBE BELLA.

Une robe longue et fluide, avec un grand volant dans le bas. Il faut donc y mettre des fronces. La taille est remontée. Des découpes princesse vont permettre l’incrustation d’un passepoil. ET PUIS, il faut y mettre des manches… Ballon ? Gigot ? Evasée ? Le choix est toujours difficile tellement les possibilités sont nombreuses. D’ailleurs, entre le dessin et la robe finale, il y a eu quelques modifications… La manche est une manche montée avec un empiècement, encore pour glisser le passepoil (monomaniaque sur le passepoil, je plaide coupable !).

Il faut aussi penser tissu : ce sera le morceau de 2 mètres de crêpe de viscose CLOVERS en vert émeraude de chez Eglantine & Zoé… Pour la cohérence, le passepoil sera blanc et les finitions en ourlet rouloté blanc. L’encolure étant près du cou, une ouverture est indispensable, sinon la robe, tu peux pas l’enfiler ! J’ai eu envie d’un boutonnage sur la partie du devant….

Voilà, y’a plus qu’à … Arrive alors les aléas : Marie, ton coupon n’est pas assez grand pour tes valeurs de fronces. Faut réduire. Et puis, tu n’as pas assez pour doubler le haut. On fait une enforme ? Nan, pas envie… Ooh, il me reste un petit bout de toile de lin blanche, c’est parfait pour la doublure !

OUI, je me parle et alors !

VERDICT

Les premières fois sont rarement bonnes. D’où la toile … que je n’ai pas faite !

Pas de catastrophes. J’aime beaucoup ma robe et elle correspond presque à ce que je souhaitais. ALORS, qu’est-ce-qui cloche ? Un problème dû au manque de tissu : j’aurais aimé plus de fronces sur la jupe et du coup, plus de fronces sur le volant.

Autre problème  : la manche montée. Je l’ai construite trop proche du corps, donc c’est un peu étroit de carrure et ça tire quand je bouge trop loin mes bras tentaculaires. A revoir donc…

Pressée de finir ma robe, j’ai cousu le passepoil sur chaque morceau puis je les ai assemblés ensuite. Et c’est bête car sur l’épaule, le résultat est moche : j’aurais dû coudre les épaules devant et dos et celles du côté des emmanchures, monter en un seul tenant le passepoil puis finir l’assemblage des devant et dos… Et je m’en suis rappelée une fois le tout monté. Pas envie de découdre dans le crêpe de viscose pour ne pas tirer les fils et abîmer mon beau tissu, j’ai laissé la faute. NOBODY IS PERFECT.

A l’encolure, j’ai disposé le premier bouton plus bas car je voulais faire un revers avec les pointes : je n’ai pas assez descendu ce premier bouton, du coup, les pointes sont très petites et c’est pas si joli… Je vais devoir faire un petit point à la main pour les maintenir en place.

Mis à part ces petits détails, ma robe est tout à fait portable et sera portée avec plaisir dès que les températures seront plus douces, c’est-à-dire bientôt ! Pour une fois que je suis prête !

Dans mes restes de tissu, il y avait juste assez de matière pour faire 3 chouchous : un pour moi et les 2 autres sont repartis chez Eglantine & Zoé car ce tissu était tellement chouette et agréable à coudre que ça valait bien un petit cadeau de remerciement… Il me reste encore 2 tissus vert commandés cet automne, pour me coudre des chemises. J’espère être dans les temps pour le début de l’automne, car là encore, je veux faire mon patron : MA chemise sur-mesure et ses déclinaisons !

Laisser un commentaire